Voyage d’études au Danemark – Vikingeskibsmuseet

Par François Anastacio

Lors de nos pérégrinations au Danemark sur l’île de Sjælland nous avons prit une journée pour visiter la ville de Roskilde. Il y a deux intérêts particuliers à Roskilde. La cathédrale accueille le repos dans des tombeaux monumentaux de tous les régnants successifs du Royaume. Le musée des bateaux vikings se trouve lui sur le bord du fjord.

L’histoire du musée commence en 1962 quand 6 épaves de bateaux sont sorties des eaux du fjord. Ils sont baptisés « Skuldelev » du nom du village le plus proche, à 20 km au nord de Roskilde. Ces épaves très partielles sont étudiées par la suite : deux constats arrivent vite, d’une part le « Skuldelev 4 » est en réalité un morceau du « Skuldelev 2 », d’autre part ces épaves remontent au XIe siècle, généralement autour de 1030-1050. Une période de l’histoire maritime alors mal connue.

Après l’études des épaves, les chercheurs se sont lancés dans l’archéologie expérimentale et ont reproduit chacun des 5 navires. Ce sont ces reproductions qui intéressent le plus la visite guidée car elles procurent la sensation de naviguer comme les vikings de l’époque. Mais l’archéologie expérimentale a fait bien plus pour les connaissances scientifiques, l’archéologue danois et premier directeur du chantier naval du musée, Ole Crumlin-Pedersen (décédé le 12 Octobre 2011), s’est imposé grâce aux Skuldelev comme le plus grand spécialiste de la navigation de la période historique des navires vikings (VIIIe-XIe siècles).

Les Skuldelev sont les témoins d’une « spécialisation » des navires. Les Skuldelev démontrent qu’il y a deux types de navires :

Le premier type de navire est le « knörr », le navire marchand. Ces navires sont « rond », la courbure de l’armature rend sensible cet adjectif. Les bateaux sont larges. Le Skuldelev 1 a une largeur de 4,8 m pour une longueur de 16 m, le Skuldelev 3 est lui large de 3,3 m et long de 14 m. Enfin le Skuldelev 6 a une largeur de 2,5 m pour une longueur de 11,2 m. Ces navires marchands sont les « petites-mains » qui parcouraient les mers du Nord entre les localités scandinaves, allemandes, françaises, etc, pour approvisionner les marchés. Une poignée de navigateurs est requise pour la conduite.

Le second type de navire est le « long-bateau », langskib, le navire de guerre des récits. Son nom veut tout dire, le Skuldelev 2 mesure ainsi 30 mètres de long pour la mince largeur de 3,8 mètres. Et le Skulddelev 5 mesure quant à lui 17,3 m de long pour 2,5 de large. Ces langskibe devaient transporter de 30 à 80 personnes. Un intervalle non anecdotique, cela doit être le nombre d’hommes des bandes armées qui sillonnent les Îles Britanniques et la France durant la « période viking ».

Mais mieux encore que montrer la spécialisation des bateaux, les Skuldelev témoignent des différences entre les navires, aucun n’est pareil, ils ont tous, même entre langskib et entre knörr, des dimensions uniques.